À propos

Biographie

 

Finaliste et lauréat de plusieurs concours dont le Concours Prix d'Europe et la Sendai International Piano Competition au Japon, le brillant pianiste québécois Jean-Luc Therrien croit que son travail de musicien consiste à franchir les barrières;  de la langue, de la culture, du temps.  Ce travail l’a mené à travers le Canada, l'Europe et l'Asie.  Et partout où il passe, il crée une expérience musicale partagée qui est pour lui une forme de spiritualité.

Jean-Luc a grandi à Repentigny, en banlieue de Montréal.  La maison était pleine de musique:  ses sept frères et sœurs aînés prenaient tous des cours et, avec des violons, une flûte et deux pianos à l'œuvre à l’heure de pratique, la cacophonie régnait.

Il commence les cours à 6 ans.  À 7 ans, il donne ses premières performances et commence à remporter des concours régionaux.  Il tombe amoureux de l'expérience du concert classique en assistant entre autres aux représentations de l'Orchestre symphonique de Montréal, enchanté par la magie d'être un parmi des milliers dans une salle de concert, tous profondément connectés, regardant et écoutant en silence.

Il aimait la musique, mais il détestait pratiquer.  Ce n'est qu'après son entrée au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, sous la tutelle de Denise Trudel, qu'il apprend à aimer pratiquer le piano, rechercher de nouvelles sonorités, créer des couleurs et atteindre la perfection dans le phrasé.

Après Trois-Rivières, Jean-Luc poursuit son parcours en Europe à l'Université Mozarteum de Salzbourg, grâce à une importante subvention du Conseil des Arts du Canada.  Là-bas, il aborde davantage l’héritage musical de Haydn, Beethoven et Schumann et s'immerge dans le monde sonore du 20e siècle avec certains de ses compositeurs préférés, dont Prokofiev, Debussy et Stravinsky.

Il retourne ensuite au Canada et intègre le Programme de piano Ihnatowycz à la Glenn Gould School de Toronto, où il travaille avec un autre mentor musical important;  Marietta Orlov.

Au fil des ans, la reconnaissance afflue:  il remporte plusieurs prix à des concours tels que le Mauro Paolo Monopoli Prize en Italie, le Tremplin international du Concours de musique du Canada et le Grand Prix de musique de chambre à la Luigi Zanuccoli International Competition en Italie.

En 2020, Jean-Luc a été nommé l'un des 30 meilleurs musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans par CBC Music.  Puis en 2021, son premier album solo Piano Preludes qui sortait sur étiquette Orpheus Classical a été choisi, toujours par CBC, comme l'un des meilleurs albums classiques de 2021. 

Cette saison, il a fait partie du prestigieux programme d’artistes en résidence The Rebanks Family Fellowship and International Performance Residency de la Glenn Gould School à Toronto. Il a aussi fait ses débuts à la radio de CBC Music avec la diffusion d’un récital enregistré à Toronto à l’été 2021. En février 2022, il s'est produit avec l’Orchestre du Conservatoire royal de musique à Toronto avant de partir en tournée dans 7 pays d’Europe avec le violoniste français Jean-Samuel Bez pour le lancement de leur premier disque.  De retour au pays, il est reparti pour une tournée de 16 spectacles solos à travers les provinces maritimes avec Debut Atlantic durant laquelle il a entre autres eu le plaisir de partager sa passion pour la musique avec des élèves de plusieurs écoles dans la région.

Jean-Luc compare le travail d'un musicien à celui d'un architecte, les deux utilisant certaines des mêmes compétences pour concevoir et structurer une œuvre.

« Avec la musique, je peux passer des heures et des heures à travailler sur une pièce et décider quels esthétiques, couleurs, sons et émotions je veux exprimer avec elle », dit-il.  « La musique est le meilleur moyen de m'exprimer.  Et la musique classique est la musique qui m'a toujours le plus touché:  je veux que les gens sachent que, oui, c'est toujours d'actualité aujourd'hui. »